Le stress ou syndrome général d'adaptation

I - Définition :

C’est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales.

 

II - Fonctionnement : Le stress se décompose en 3 phases :

1 - la réaction d’alarme ou réaction de lutte ou de fuite, ou réaction nerveuse (elle est de courte durée)

C’est un ensemble de réactions déclenchées par l’hypothalamus¹ qui stimule la partie sympathique du système nerveux automatique² La réaction d’alarme engendre essentiellement un afflux de glucose et d’oxygène vers les organes qui contribuent le plus à éloigner le danger (cerveau, cœur et muscles). Les fonctions digestives, urinaires et reproductrices sont inhibées pendant cette période.

 

2 - la période de résistance ou réponse hormonale. (de durée plus ou moins longue)

Pendant cette période, des hormones sont libérées par l’hypothalamus :

• La corticolibérine ou CRH  agit sur l’adénohypophyse¹  qui sécrète l’hormone corticotrope ou ACTH laquelle stimule la sécrétion d’aldostérone par le cortex surrénal. L’aldostérone empêche l’abaissement du ph de l’organisme en période de stress, favorise aussi la rétention de sodium qui entraine une rétention d’eau permettant à la pression artérielle de se maintenir et préserve le volume des liquides s’il y a hémorragie. L’ACTH augmente aussi le cortisol qui convertit les substances non glucidiques en glucose et active le catabolisme des protéines et rend les vaisseaux sanguins plus sensibles et réduit l’inflammation.

• La somatocrinine ou GHRH agit sur l’adénohypophyse et sécrète l’hormone de croissance ou HGH ; Cette dernière stimule via le foie le catabolisme3 des triglycérides et la convertion de glycogène4 en glucose.

La thyréolibérine ou TRH agit sur l’adénohypophyse qui sécrète la thyrotrophine ou TSH. Cette dernière stimule la libération par la glande thyroïde des hormones T3 et T4 qui font augmenter le catabolisme du glucose.

 

La période de résistance permet de traverser les moments stressants et notre corps revient à la normal par la suite.

Si le stress perdure, l’organisme passe à la troisième phase qui est la phase d’épuisement.

 

3 - La période d’épuisement :

Une exposition prolongée au cortisol et d’autres hormones lors de la période de résistance amène  l’atrophie musculaire, la suppression du système immunitaire2, l’ulcération des voies gastro-intestinales et même la défaillance du pancréas.

 

QUELQUES NOTIONS :

1 - L'hypothalamus est le chef d’orchestre des glandes endocrines, il fonctionne en étroite liaison avec l’hypophyse. Il le contrôle, lui donne des ordres.

L’hypophyse se décompose en 2 parties : l’adénohypophyse (lobe antérieur de l’hypophyse) qui sécrètent 9 hormones dont l’ACTH, l’HGH et la TSH et la post-hypophyse (lobe postérieur) qui sécrètent 2 hormones (la vasopressine et l’ocytocine)

 

2 - Le système nerveux automatique (assure le fonctionnement harmonieux de nos organes de façon automatique) est composé du système sympathique et parasympathique.

Les fibres nerveuses du système sympathique innervent des organes importants du système immunitaire dont la moelle osseuse, le thymus, la rate et les ganglions lymphatiques.

Le système sympathique nous permet de gérer les situations de stress et le parasympathique permet de récupérer (ex : le cœur se ralentit). En cas de stress prolongé, le système sympathique reste dominant et ne permet plus au système para d’assurer la récupération de l’organisme.

 

3 - La catabolisme est un métabolisme de dégradation qui permet une libération d’énergie

 

4 - Le glycogène est une substance de réserve glucidique présente dans le foie qui au besoin le transforme en glucose  (la glycogénolyse ) Si le glycogène vient à s’épuiser ( ex : au bout de 12 heures de jeûne chez l’être humain), le foie utilise alors des protéines ou du lactate (issus des muscles, entre autres) pour reformer du glucose (la néoglucogénèse)

 

Bien-être et relaxation pour combattre le stress :

>> Réflexologie

 

>> Naturopathie

 

>> Shiatsu

 

>> Massage ayurvédique

 

Articles relatifs :